À propos des partenaires et bailleurs de fonds

partenaires
Fondation autochtone de guérison (FAG )
Un, basé à Ottawa, société nationale sans but lucratif privé géré par les Autochtones créé en 1998 et a fourni un financement par le gouvernement fédéral du Canada dans le cadre de Rassembler nos forces – Le plan d’action du Canada. La Fondation autochtone de guérison a reçu le mandat d’encourager et de soutenir, par des contributions de recherche et de financement, communautaire autochtone a dirigé des initiatives de guérison qui s’attaquent aux effets des abus physiques et sexuels subis dans le système des pensionnats indiens du Canada, y compris les répercussions intergénérationnelles. L’ AHF cessera ses activités en Septembre 2014.

Un message de Georges Erasmus, président
Ayant été invité à fournir quelques mots d’introduction pour Où sont les enfants ? – Guérir l’héritage des pensionnats, j’ai réfléchi sur le sens d’une telle entreprise. Qu’est-ce que l’exposition de ce type représentent ?

Le projet a été lancé aux Archives nationales du Canada. Dédié au service de l’identité de la nation, les archives rassemble ce qui a été comme un fonds de dotation pour ce qui sera. Parce que personne ne héritage est enrichie par la contrefaçon, ce projet représentait une tentative de dire le vrai
et douloureuse histoire d’une institution nationale engagé, pas à la préservation d’un peuple, mais à leur assimilation forcée.

Où sont les enfants ? reconnaît que l’ère du silence est terminé. La résilience des Autochtones est manifeste dans les efforts visant à faire face aux effets des traumatismes non résolus, ce qui confère aux générations futures un héritage renouvelé de la paix, la force et le bien-être.

L’exposition a signifié et signifie, beaucoup de choses à beaucoup de gens.

Ceux qui sont les survivants de traumatisme indien des pensionnats aura souvenirs douloureux. Certains ont commencé leur guérison, d’autres n’ont pas encore commencé. Je reconnais leur force – leur détermination à faire face à la vérité et à la fin du cycle de la violence. Les gens de courage sont la richesse de nos nations. Puisse cette exposition contribuer à leur guérison.

Certains vont pour la première fois voir ce que les survivants d’abus des pensionnats n’ont jamais oublié : le visage d’un enfant dont l’identité est un certain nombre, dont la culture est interdite, et dont l’avenir est une expérience institutionnelle. Puisse cette exposition disposition une plus grande compréhension.

Pendant ce temps, la guérison se poursuivra. Nous allons regarder au-delà de la simple survie, vers le renouvellement des nations et la réconciliation des peuples.

Je remercie les survivants d’abus des pensionnats qui sont aujourd’hui à la fois enrichissant l’état actuel et l’avenir des communautés autochtones.

Pour leur soutien, je remercie aussi les Archives nationales, la Bibliothèque nationale du Canada, Santé Canada et le Bureau de pensionnats indiens du Canada.
Masi.

Georges Erasmus
président

Bibliothèque et Archives Canada
Bibliothèque et Archives Canada préserve et rend accessible le patrimoine documentaire du Canada. Il sert également de la mémoire permanente de l’administration fédérale et de ses institutions. Ce patrimoine comprend des publications, des documents d’archives, de sons et matériel audiovisuel, photographies, oeuvres d’art, et les documents électroniques.

Bibliothèque et Archives Canada (BAC ) regroupe les participations, les services et le personnel des deux l’ancienne Bibliothèque nationale du Canada et les Archives nationales du Canada. Comme indiqué dans le préambule de la Bibliothèque et les Archives du Canada, le mandat de BAC est comme suit:
• de préserver le patrimoine documentaire du Canada pour le bénéfice des générations présentes et futures;
• être une source de savoir permanent accessible à tous et qui contribue à l’épanouissement culturel, social et économique du Canada en tant que société libre et démocratique ;
• faciliter au Canada la concertation des divers milieux intéressés à l’acquisition, à la préservation et à la diffusion des connaissances ;
• de servir de mémoire permanente de l’administration fédérale et de ses institutions.

bailleurs de fonds
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada (AADNC )
AADNC soutient les peuples autochtones ( Premières nations, Inuits et Métis ) et les résidants du Nord dans leurs efforts pour:
• améliorer bien-être social et la prospérité économique ;
• développer des collectivités plus saines et plus durables, et
• participer plus pleinement au développement politique, social et économique du Canada – au bénéfice de tous les Canadiens.

AADNC est l’un des ministères fédéraux responsables d’aider le gouvernement des obligations et des engagements du Canada envers les Premières nations, les Inuits et les Métis, et pour assumer les responsabilités constitutionnelles du gouvernement fédéral dans le Nord. Les responsabilités d’AADNC sont largement déterminés par de nombreuses lois, accords négociés et de décisions légales. La plupart des programmes du Ministère, représentant une majorité de ses dépenses – sont livrées par des partenariats avec les communautés autochtones et les ententes fédérales -provinciales ou fédérales-territoriales. AADNC travaille aussi avec les Autochtones en milieu urbain, les Métis et les Indiens non inscrits ( dont bon nombre vivent dans les zones rurales ).

Patrimoine canadien
Le ministère du Patrimoine canadien offre des politiques et des programmes relatifs à la radiodiffusion et des médias interactifs, les arts et les industries culturelles, les objets du patrimoine et des espaces, les langues officielles, la participation de la citoyenneté et de l’identité, les droits des peuples autochtones, les initiatives de la jeunesse et du sport, ainsi que les cérémonies nationales et des symboles.

Le portefeuille du Patrimoine canadien comprend le ministère et les grandes institutions culturelles nationales. Ensemble, ils font la promotion de la culture, les arts, le patrimoine, les langues officielles, la citoyenneté et la participation ainsi que les Autochtones, les jeunes et les initiatives sportives.

Nation Media
Comme une conception graphique de pointe et la firme de communications, NATION fusionne façons autochtones traditionnelles et les croyances de nouvelles solutions de médias. Cela permet une synthèse puissante de conception créative et service à la clientèle inestimable. Grâce à son groupe des Premiers Peuples, NATION propose également basé communauté les connaissances autochtones et de conseil en gestion exceptionnelle grâce à une solide équipe de chaque communauté.

Donna Cona
Créé en 1996, Donna Cona a émergé comme leader technologique et commercial Solutions société autochtone du Canada. En tant que société de service complet, il fournit à ses clients des conseils d’affaires et de la technologie du son, ainsi que des solutions complètes adaptées à leurs besoins spécifiques. Ils servent des clients à la planification d’entreprise ; planification stratégique des TI, les services de recherche historique ; la télésanté, l’évaluation de programme, le développement du système d’application de la coutume, la technologie mise en œuvre et la planification d’architecture, les opérations informatiques et support help desk.

Isite
Isite Technologies Corporation crée des sites Web 3D. Ce chef de file mondial dans le développement de logiciel d’Internet permet en temps réel, la navigation web 3D interactive et la visualisation des environnements du monde réel. Tout aussi important que la visualisation 3D, le logiciel permet ISite d’information et de contenu pour être branchés pour une expérience plus riche Web. Le logiciel de Isite fonctionne parfaitement avec toutes les formes de multimédia et devient le crochet attractif pour encourager les visiteurs à apprendre et s’amuser.

À propos de la LHF

Notre mandat
La Fondation autochtone de l’espoir ( LHF ) d’ un organisme de bienfaisance national autochtone dont les buts sont d’éduquer, de sensibiliser et de compréhension de l’héritage des pensionnats, y compris les effets et les répercussions intergénérationnelles sur les peuples inuits et des Premières nations, des Métis et, et à soutenir la processus continu de guérison des survivants des pensionnats indiens. S’acquitter de ce mandat contribue à la réconciliation entre les générations des peuples autochtones, et entre les peuples autochtones et non – autochtones au Canada.

Le LHF s’acquitte de ce mandat : en travaillant en partenariat avec les Premières nations, les Inuits et les Métis, les communautés et les organisations à travers le Canada et les activités entreprise de communication, de recherche et de politiques qui soutiennent le développement et la mise en œuvre de nos programmes d’enseignement. Toutes ces activités sont informés par les expériences et les histoires de survivants des pensionnats indiens, leurs familles et les communautés.

Notre travail est guidé par des principes éthiques et des principes pour travailler avec les survivants et les communautés autochtones. Ces lignes directrices éthiques sont basées sur :
1 ) une profonde inquiétude et compassion pour, et respect de vieillesse, survivants, leurs familles et les communautés, et
2 ) une compréhension claire de la nécessité et l’importance de la tradition orale des peuples autochtones. Nous prenons comme principe fondamental que le travail de la LHF doit contribuer à la santé, la sécurité, le bien-être et la guérison des survivants, leurs familles et les communautés, et à promouvoir la réconciliation au Canada.

Un message de Richard Kistabish, président
La Fondation autochtone de l’espoir a été créé pour répondre aux conséquences à long terme de dommages causés aux enfants autochtones et leurs familles par la plupart des écoles résidentielles. Les blessures psychologiques sont profondes et ont infecté les nouvelles générations. La guérison est un processus graduel qui exigera du temps et de la patience.

Un premier objectif de notre travail est de sensibiliser le public canadien au sujet des pensionnats et d’essayer de les aider à comprendre l’effet d’entraînement de ces écoles ont eu sur la vie des Autochtones. Mais tout aussi important, nous voulons parvenir à la réconciliation entre les générations d’Autochtones, et entre les peuples autochtones et non – autochtones.

Tout le monde qui appartient aux Premières nations, des Inuits et des communautés métisses a été affectée par l’expérience des pensionnats. Ce n’est que par la compréhension des questions que nous pouvons entreprendre ce voyage de guérison ensemble.

Je tiens à remercier tous ceux qui ont contribué à faire de l’exposition virtuelle une réalité – Patrimoine Canada, Bibliothèque et Archives Canada, Donna Cona, la Fondation autochtone de guérison et Jeff Thomas, conservateur, pour sa vision et la sensibilité dans la création de ce projet.

Richard Kistabish
président

À propos du conservateur

Jeff Thomas

Jeff Thomas est membre de la réserve des Six Nations et réside actuellement à Ottawa , où il travaille comme un artiste photographique et commissaire indépendant . Thomas explore les relations entre le passé et le présent des Autochtones à travers des photographies historiques et des peintures représentant des peuples autochtones . Ses projets de conservation ont eu lieu aux Archives nationales du Canada, le Musée canadien des civilisations , les Archives de l’Ontario et George Eastman House à Rochester , New York .

Vous ne trouverez pas une définition pour ‘ Iroquois urbain » dans un dictionnaire ou publication anthropologique – c’est cette absence qui informe de mon travail en tant qu’artiste à base de photo , chercheur, conservateur indépendant , analyste culturel et conférencier . Mon étude de indianité vise à créer une banque d’images de mon expérience urbaine et les Iroquois , ainsi que de re – contextualiser images historiques des Premières nations pour un public contemporain . En fin de compte , je veux démonter les stéréotypes longtemps enracinées et caricatures inappropriées des Premières nations

À propos de l’exposition

Développé en 2001, les objectifs de Que sont les enfants devenus ? Guérir l’héritage des pensionnats sont les suivants: reconnaître les expériences et les impacts et les conséquences de pensionnats du Canada sur les peuples autochtones ; créer un dossier public et historique de cette période de l’histoire canadienne qui pourrait être facilement accessible par les Canadiens ; et à promouvoir la sensibilisation, la compréhension et l’éducation de l’histoire et de l’héritage des pensionnats. Grâce à la documentation, de la reconnaissance et de l’éducation, l’objectif de l’exposition est également d’aider à promouvoir la compréhension et la réconciliation au Canada au sujet des pensionnats.

L’exposition se compose de 118 photographies encadrées d’archives, panneaux explicatifs, des cartes, des manuels de classe d’origine et des documents gouvernementaux historiques choisis parmi neuf archives publiques et de l’église, et retrace l’histoire et l’héritage de pensionnats au Canada. Que sont les enfants devenus ? s’étend sur plus de 130 ans et contient des photographies et des documents des années 1880 à aujourd’hui.

Les visiteurs viennent pour comprendre l’histoire des pensionnats et l’impact durable que les pensionnats ont eu sur les générations des peuples autochtones, et sur les Premières nations, les Inuits et les Métis cultures, les langues et les communautés. L’exposition permet également d’informer les visiteurs de l’impact que les pensionnats ont eu sur l’organisation des relations entre les Autochtones et les Canadiens non autochtones, et sur l’élaboration de l’histoire de ce pays. Que sont les enfants devenus ? permet aux Canadiens de venir à bout de cette partie de leur histoire et de contester leurs hypothèses et les interprétations sur les écoles résidentielles.

Le Que sont les enfants devenus ? exposition ne cherche pas à raconter toute l’histoire des pensionnats, mais plutôt, il introduit les gens à une partie de l’histoire du Canada en encourageant les enfants à poser, et les parents à répondre à d’importantes questions au sujet de leurs histoires de famille qui contribueront à la guérison des communautés autochtones.

Le soutien financier pour Que sont les enfants devenus ? a été fournie par le gouvernement du Canada ( Affaires autochtones et Développement du Nord et Patrimoine Canadien ).

Venues

Lieu actuel:
Le Où sont les enfants ? exposition n’est actuellement pas à l’écran.

Lieux précédents :
• Red Deer College – Red Deer , AB ( Juin 2013)
• Université de Premières nations du Canada – Regina , SK ( Janvier – Février 2013)
• Université Algoma – Sault Ste Marie, ON ( Août 2012)
• Université du Manitoba – Winnipeg , MB ( Février – Mars 2012)
• Université Dalhousie Law School – Halifax , NS ( Octobre – Novembre 2011)
• Université du Cap- Breton Art Gallery – Sydney , NS (mai – Septembre 2011)
• Glooscap Heritage Centre – Millbrook , NS ( Mars 2011)
• La Fourche – Winnipeg , MB ( Juin 2010)
• Tom Thomson Gallery – Owen Sound, ON ( Mars 2009)
• Société Radio-Canada – Toronto , ON ( Juin 2008)
• la Colline du Parlement – Ottawa , ON ( Juin 2008)
• Le Centre des sciences Exploration Place et le musée – Prince George , Colombie-Britannique ( Septembre – Décembre 2007)
• Centre culturel Danaoja Zho – Dawson City , au Yukon (mai – Août 2007)
• Southern Alberta Art Gallery – Lethbridge , AB ( Mars – Avril 2007)
• Musée de Campbell River – Campbell River , Colombie-Britannique ( Septembre – Décembre 2006)
• Algoma University College – Sault Ste . Marie, ON (mai – Août 2006)
• Centre du patrimoine régional de Red Lake – Red Lake , ON ( Janvier – Avril 2006)
• Woodland Cultural Centre – Brantford , ON (Septembre 2005 – Janvier 2006)
• Association multiculturelle du Nord-Ouest de l’Ontario – Thunder Bay , ON ( Mars – Août 2005)
• Le Musée du Manitoba – Winnipeg , MB ( Janvier – Mars 2005)
• Musée du Nouveau-Brunswick – Saint John , NB ( Octobre – Décembre 2004)
• Alberta Provincial Museum – Edmonton , AB (mai – Septembre 2004)
• Bâtiment Yellowknife législatif et Sir Franklin lycée – Yellowknife , NT (Septembre 2003 – Janvier 2004)
• Wanuskewin Heritage Park – Saskatoon , SK ( Février – Août 2003)
• Université de la Colombie -Britannique – Vancouver , Colombie-Britannique ( Juillet – Décembre 2002)